Spécialiste de l'immobilier à Saint Malo

Près de 30% des Français ont pour projet d'acheter ou de vendre en 2019

Près de 30% des Français ont pour projet d'acheter ou de vendre en 2019
Mardi 09 juillet 2019

Un sondage Ifop met en évidence les intentions des Français en matière d’immobilier. Et malgré un contexte économique toujours perçu comme difficile, la volonté d’achat ou de vente reste plutôt à un bon niveau.

Un marché plutôt bien orienté

30% des français déclarent vouloir acheter ou vendre un bien immobilier en 2019. Cela reste plutôt une tendance assez positive et elle se décompose en 25 % des personnes qui souhaitent acheter tandis que 17% veulent vendre. Il y a bien sûr des personnes qui ont à la fois la volonté d’acheter et de vendre, ce qui explique le 30 % général.

Ces chiffres soulignent globalement la bonne santé du marché de l’immobilier français et même s’il y a une différence notable entre les intentions et les actes, cela reste positif. A l’échelle locale, cette bonne santé se constate dans les faits, que ce soit pour l’achat ou la vente d'appartement à St-Malo ou de maisons dans la région.

Mais des Français qui restent prudents

Malgré que les Français interrogés lors de ce sondage soient plutôt optimistes (ils sont 58% à penser qu'il sera intéressant d'acquérir un bien immobilier cette année), ils restent assez prudents face à une situation économique qu’ils perçoivent comme fragile.

En effet, pour 70% des personnes interrogées, la situation économique s'est dégradée ces deux dernières années et ils sont 56% à penser que le marché immobilier en est impacté de manière négative.

C’est essentiellement la baisse de pouvoir d'achat immobilier qui est incriminée par 45 % des sondés. Cette tendance s’affirme de manière plus profonde dans les grandes métropoles où le prix du mètre carré a largement progressé ces dernières années.

La fiscalité des propriétaires est également pointée du doigt par 18% des Français qui ont été interrogés et pour ceux-là ceci représente un réel frein à l'acquisition. C’est notamment la taxe foncière qui est ici incriminée : elle a en effet progressé de près de 12 % entre 2012 et 2017. Une hausse qui est vraiment perçue par les acheteurs comme un handicap pour rentabiliser leurs investissements.