Spécialiste de l'immobilier à Saint Malo

Prêts immobiliers sur 30 ans - Faut-il profiter de leur retour ?

Prêts immobiliers sur 30 ans - Faut-il profiter de leur retour ?
Samedi 07 septembre 2019

Depuis quelques temps, les banques proposent à nouveau des crédits immobiliers sur des durées très longues. On voit fleurir des offres sur 30 ans et voire plus parfois ! Qu’en est-il de ces prêts, sont-ils si avantageux et faut-il se ruer dessus pour devenir propriétaire d’un bien ?

Une tendance lourde pour diminuer le taux d’endettement

 

De nombreux dispositifs d’aides ou de prêt ont plus ou moins disparus comme le dispositif APL accession ou encore le prêt à taux zéro (PTZ) qui aujourd’hui ne s’applique quand dans les zones dites tendues. Il y a donc moins de moyen de trouver de l’oxygène pour éviter de franchir la barre fatidique des 33% d’endettement d’un ménage. C’est pourquoi les banques ont tendance à rallonger les durées de crédit afin de faire baisser les charges de mensualités. C’est souvent le cas pour les primo accédants et les jeunes ménages en général.

Un renchérissement de l’acquisition

 

Si une mensualité plus faible est une des conséquences immédiates d’un prêt sur 30 ans, une autre est l’augmentation importante du coût total de l’acquisition.

Prenons par exemple un foyer qui souhaite acheter un bien dans la région via une agence immobilière à Saint-Malo de notre réseau, et qui dispose de 10 % d’apport pour une maison de 300 000 €. Entre un prêt sur 30 ans pour financer 270 000 € et le même prêt sur 20 ans, il y a une différence de coût global de 76 000 €. C'est une somme conséquente !

Donc, dans le cas d’une revente anticipée du bien, celui-ci a peu de chances d’avoir pris assez de valeur pour couvrir ce surcoût. D’où la possibilité d’une perte d’argent conséquente.

Il est donc important bien comparer les coûts globaux de vos prêts immobiliers et d’essayer de réduire leurs annuités. Si les crédits à long terme sont intéressants pour faire baisser les remboursements mensuels, il faut rester prudent. N’hésitez pas à demander à un banquier qui vous propose un crédit sur 30 ans, de réaliser des simulations sur 28, 26 ou 25 ans pour faire baisser le coût total de votre acquisition.